Bradley Manning : un homme libre, un donneur d'alerte

La majeure partie des informations « chaudes » diffusées par Wikileaks, et qui ont fait la renommée d’un homme, Julian Assange, a été apportée par un simple soldat américain, indigné par ce qu’il voyait. Sans Bradley Manning, Wikileaks n’aurait probablement pas atteint le même niveau de visibilité. (Reflets)


Il a voulu lancer un débat public sur les bavures militaires des Américains en Irak et Afghanistan, il risque aujourd’hui la prison à perpétuité pour collusion avec l’ennemi, après avoir confié plus de 700 000 câbles et documents classifiés à Wikileaks. Le procès du jeune soldat Bradley Manning s’ouvre aujourd’hui devant la cour martiale du Maryland.


Le déclencheur fut une vidéo de 2007, "du porno guerrier" comme l’appelle Bradley Manning, montrant des soldats américains dans un hélicoptère s’en prendre sciemment à des civils et à une équipe de journalistes de Reuters. En commentaire, les militaires expriment leur fierté d’avoir abattu autant de gens. 


"Ils avaient déshumanisé les personnes qu’ils attaquaient et ne semblaient pas prendre en compte les vies humaines qualifiant les personnes de « salauds de morts » tout en se félicitant les uns-les-autres de leur capacité à tuer des gens en grand nombre. Attristé par le manque de préoccupation pour la vie humaine de l’équipage j’ai aussi été troublé par la réponse de l’équipage à la découverte d’enfants blessés sur les lieux. […] L’équipage ne présente aucun remord. Au lieu de cela, ils minimisent l’importance de leurs actions, en disant, je cite « Eh bien, c’est de leur faute puisqu’ils amenaient leur enfant au cœur d’une bataille »" 

avait expliqué Bradley Manning au cours d'une audience préliminaire dont le compte-rendu a été publié en mars.


Choqué, l’analyste a sauvegardé cette vidéo, avant de la confier à Wikileaks. Puis il a confié à l’organisation de Julian Assange plus de 250.000 câbles diplomatiques et 500.000 rapports militaires classés secrets défense.


Un héros ou un traitre

Aujourd’hui, Bradley Manning, fait face à 21 chefs d'accusation, et plaide non coupable en ce qui concerne le plus grave, celui de collusion avec l'ennemi, passible de la prison à vie. Le soldat a en revanche plaidé coupable à dix autres charges, dont la possession et la diffusion d'informations classés secrètes sur l'Irak et l'Afghanistan, pour lesquelles il risque une peine pouvant aller jusqu'à vingt ans de prison. Le procès a lieu à Fort Meade, siège de la National Security Agency (NSA), jusque fin août et Bradley Manning sera jugé par une seule personne, le colonel Denise Lind, et non par un jury militaire.


"J'assume l'entière responsabilité de mes actions", a-t-il affirmé lors de l'audience. "J'avais le sentiment d'accomplir quelque chose qui me permettrait d'être en paix avec ma conscience." Une déclaration d’importance, car l'accusation, qui a convoqué plus de cent témoins, estime que les fuites provoquées par Bradley Manning ont mis en danger la sécurité nationale des Etats-Unis et menacé la vie de plusieurs personnes. L’accusation tente de faire passer le soldat Manning pour un dépressif, qui assume mal son homosexualité.


L’audience du soldat à l’inverse montre un jeune homme en pleine possession de ses moyens et responsable. Il a réagit selon son éthique face à des informations qui ont profondément heurté sa conscience. Il comprend clairement que ces bavures et errements diplomatiques vont profondément nuire à l’image de son pays. Il se place ainsi en donneur d’alerte, voulant informer les citoyens et lancer un "débat national sur le rôle de l’armée et de notre politique étrangère en général ainsi que la manière dont elle était liée à l’Irak et de l’Afghanistan". Preuve en est, avant de contacter Wikileaks, Bradley Manning avait tenté de sensibiliser plusieurs grands journaux, comme New York Times ou le Washington Post, qui n’avaient pas donné suite.  (Humanité.fr)


Le site Reflets a organisé une traduction collaborative de l’intégralité de la déclaration.


Il ressort principalement trois choses de ce témoignage.

1) Bradley Manning semble être une personne équilibrée qui réagit aux événements auxquels il est confronté sur la base d’une éthique et d’une morale raisonnables. Il est choqué par des dérives de militaires ayant allègrement franchi la ligne jaune. Il est en désaccord avec la politique menée en Irak et en Afghanistan par l’Administration Bush. Il entrevoit clairement que les errements en matière diplomatique, de relations internationales risquent de faire du mal durablement à l’image de son pays. Ses actions rejoignent, sur la motivation ou les moyens la sociologie classique du wistleblower. Rien de neuf donc pour les Etats-Unis qui ont déjà été confronté largement à cette « problématique ».


2) Bradley Manning a eu accès à une foule d’informations parce que les néocons de Washington avaient décidé de fournir toutes ces informations à tous les « combatants » afin qu’ils puissent prendre des décisions fondées et rapides. Nous avions évoqué ce sujet il y a déjà longtemps sur la base d’autres documents entrés en notre possession pendant les années Bush. Si l’on cherche un coupable pour ces fuites d’informations, il faut se tourner vers Washington qui a pris à cette époque des décisions drastiques pour décloisonner ces informations. Et non pas vers Bradley Manning. Les mêmes qui ont appliqué ces décisions sont aujourd’hui appelés pour mieux les sécuriser. C’est pathétique et ridicule. Par ailleurs, Wikileaks a évolué avec les livraisons de Bradley Manning. Ce qui n’est pas neutre en termes de philosophie pour l’organisation. De documents bruts livrés en une fois, on est passé à des livraisons au compte-gouttes, dans un format peu utilisable et souvent via des journaux choisis. Comme si le public n’était pas assez adulte pour se faire une idée lui-même.


3) La majeure partie des informations « chaudes » diffusées par Wikileaks, et qui ont fait la renommée d’un homme, Julian Assange, a été apportée par un simple soldat américain, indigné par ce qu’il voyait. Sans Bradley Manning, Wikileaks n’aurait probablement pas atteint le même niveau de visibilité. Par ailleurs, ces informations auraient aussi bien pu finir dans un journal comme le New York Times, le Washington Post ou Politico que Bradley Manning avait approchés. Leur peu d’empressement à répondre à sa proposition laisse rêveur. D’une part il questionne leur implication journalistique à creuser ce qui est le plus grand bouleversement dans les relations internationales depuis la deuxième guerre mondiale. D’autre part, il démontre des failles dans les méthodes journalistiques lorsqu’une source approche le journal. Enfin, la publication des SigActs a été un déclencheur pour que la presse parle de choses qui étaient connues depuis des lustres. C’est un point qui devrait amener le public à réfléchir sur la manière dont la presse exerce son rôle de contre-pouvoir.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Notre Dame des Landes : des subventions pour la construction de cabanes ?

Emmanuel Macron : cet homme est dangereux

FRANCE : La grande réforme de l'éducation nationale !!!