Grande Bretagne : la semaine de 30h de travail forcé pour les chomeurs s'ils veulent toucher leur indemnité

Les Conservateurs au pouvoir en Grande Bretagne annoncent une mesure qui force les chômeurs de plus de deux ans à effectuer 30 heures de travaux d’intérêt général, sous peine de se voir retirer leurs allocations.

C'est le dernier né du gouvernement Cameron pour lutter contre un assistanat clairement dénoncé et une économie qui peine à se relancer. Le ministre des Finances, George Osborne, a annoncé lundi en marge de la conférence annuelle du parti conservateur que les 200 000 bénéficiaires des allocations chômage, sans emploi depuis deux ans, seraient contraints à effectuer des travaux d’intérêt général.
Les chômeurs de longue durée devront effectuer 30 heures de travaux d’intérêt général hebdomadaires (ramasser les poubelles dans les rues, cuisiner pour les personnes âgées, ou travailler dans une organisation caritative…), pour gagner leur indemnité ou se rendre tous les jours dans leur Agence pour l’emploi. Des stages supervisés par ces agences seront obligatoirement suivis par ceux qui souffrent de problèmes tels que l’alcoolisme ou l’analphabétisme. Baptisé « Help to work », ce dispositif coûtera à l’Etat 300 millions de livres, et devrait entrer en vigueur en avril prochain. La punition pour une première infraction est de quatre semaines d’indemnités en moins, et de trois mois pour la seconde infraction.

Insistant sur un chemin de la croissance « loin d’être retrouvé », M. Osborne a affirmé que « personne ne recevrait quelque chose sans contrepartie». «Pour la première fois, tous les chômeurs de longue durée qui sont capables de travailler devront faire quelque chose en échange de leurs allocations et afin qu’on les aide à trouver un emploi», a-t-il dit.

Rattraper les Travaillistes dans les sondages

Selon le quotidien The Guardian, les sondages révèlent que la population britannique évolue en faveur d’une politique moins généreuse en ce qui concerne les aides octroyées par l’Etat. Cette radicalisation peut être interprétée comme une tentative du Parti Conservateur de réduire l’écart avec le Parti Travailliste en tête dans les sondages d’opinion, après un discours plutôt populiste de la part d’Ed Miliband, leader du principal parti de gauche. Lors d’une conférence la semaine dernière, il avait notamment proposé de geler le coût de l’électricité s’il était au pouvoir en 2015. 


Marianne

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Notre Dame des Landes : des subventions pour la construction de cabanes ?

Emmanuel Macron : cet homme est dangereux

FRANCE : La grande réforme de l'éducation nationale !!!