Communiqué de Batera (pays basque) et appel pour la manifestation du 30 novembre à Mauléon



Madame Lebranchu ministre de la Décentralisation a honoré de sa présence la rencontre de l’Association Nationale des Élus du Littoral ce vendredi à Anglet.  Surprenante décision, quand on se sait attendue depuis une année pour dialoguer sur un dossier important et que l’on a pris un engagement solennel devant la presque totalité de la représentation parlementaire du Pays Basque.

C’est quand même la forme la plus achevée du mépris !

  »Ils ne veulent pas parler » s’est-elle plainte lors du court face à dos qui a l’a opposée aux militant-es de Batera. Dialoguer oui, mais dans des conditions dignes comme en ont bénéficié  nos ami-es corses et pas sur un parking cerné par une compagnie de CRS !

Mais ne boudons pas notre plaisir, cette séquence intense, fut aussi un festival d’annonces fantaisistes et d’arguments ubuesques  :

- ratification possible de la Charte européenne des langues régionales ! Sa collègue de la Culture a annoncé le 9 octobre que cette ratification était définitivement abandonnée le gouvernement ne souhaitant pas réviser la Constitution.

- Création possible d’une « annexe » de la Chambre d’Agriculture.  Fait-elle référence à l’annexe qui existe déjà à Hasparren ? Est-elle au courant que son collègue le Foll penche pour une Chambre de plein exercice ?

- Le pays basque, n’est pas reconnu institutionnellement et de facto il n’a rien à espérer ! Avec ce type d’argument elle tire la carte « pneu increvable » au jeu des mille bornes et ils sont tranquilles pour un bon bout de temps !

- « On ne peut pas créer une institution spécifique pour le pays basque, qui n’existe nulle par ailleurs ». Personne ne l’a demandé ! Bien au contraire la revendication porte sur la création d’une collectivité territoriale à statut particulier prévue à l’article 72 de la Constitution. Et sauf erreur c’est déjà le cas de la Corse, d’Ile de France et bientôt de l’agglomération lyonnaise avec scission du département du Rhône !

Trop occupée sans doute par son intervention sur les problèmes littoraux, Madame la Ministre de la décentralisation a tout oublié des réalités qui sont pourtant celles de son domaine de compétences (si on peut dire)…

En conclusion, s’il existe une loi physique entre entre l’indigence des arguments adverses et la proximité de la victoire, nous sommes et en vérité on vous le dit, à cinq minutes du triomphe !!!

Batera


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Notre Dame des Landes : des subventions pour la construction de cabanes ?

Emmanuel Macron : cet homme est dangereux

FRANCE : La grande réforme de l'éducation nationale !!!