Retraites : Allemagne, le modèle de François Hollande


Deux fois plus de retraités pauvres Outre-Rhin

L'écart entre la dépense publique en France et en Allemagne s'est creusé depuis le milieu des années 2000, notamment en raison d'une divergence s'agissant des retraites. Alors qu'en Allemagne, les dépenses liées au versement des pensions sont restées proches de 10% du PIB, atteignant 11,3% exactement en 2010 (toutes dépenses confondues), en France, elles ont grimpé d'un peu plus de 10% au milieu des années 2000, à 14,1% du PIB aujourd'hui.


On peut donc affirmer en première lecture que l'Allemagne a mieux géré ses retraites. Derrière ces chiffres rassurants, il y a toutefois d'autres données, mises en avant par le dernier rapport de l'OCDE consacré aux retraites (Panorama des pensions). Selon ce document, c'est en France que la proportion de retraités pauvres (vivant sous le seuil de pauvreté, correspondant à la moitié du revenu médian) est la plus faible, avec les Pays-Bas. Seuls 5% des retraités français se trouvent sous le seuil de pauvreté. En Allemagne, cette proportion est deux fois plus élevée, dépassant les 10%.

La situation va encore s'aggraver en Allemagne

Et la situation risque de s'aggraver encore Outre-Rhin, dans les années à venir. En effet, selon l'OCDE, une fois les réformes déjà votées entrées en vigueur, le taux de remplacement, c'est-à-dire le niveau de la pension en proportion du dernier salaire, sera particulièrement faible en Allemagne. Il sera proche de 55% - en passant à la retraite, les salariés perdront donc 45% de revenu- pour les bas salaires, soit un des niveaux les plus faibles des pays industriels. Seul le Japon affichera un niveau encore inférieur. La moyenne de l'OCDE sera de 81,7% pour ces bas salaires, la France se situant juste en dessous.

S'agissant des salaires moyens, le taux de remplacement sera de 65,8% dans les pays de l'OCDE, en moyenne. En France, il sera juste au dessus de ce niveau. En, Allemagne, il sera sous les 60%. S'agissant de cet indicateur, l'Allemagne n'est pas si mal placée, au regard de l'ensemble des pays industriels.

Ce seront donc les retraités allemands des classes populaires, aux bas salaires, qui seront les plus défavorisés, par rapport à ceux des autres pays industriels.

 Le recours aux retraites privées

Pour compenser la chute des retraites publiques, ils pourraient cependant avoir recours à des retraites privées. Celles-ci, instituées en 2001 (réforme Riester), ont connu d'abord un certain succès, souligne-t-on à l'OCDE. Mais, selon les experts, un tassement se fait sentir. « Seuls 30% des Allemands ont souscrit à un plan Riester », soulignent les experts du château de la Muette.

Autrement dit, pour 70% de la population allemande, le niveau de la retraite va aller s'amenuisant. Et l'érosion sera d'autant plus prononcée que le salaire est bas. La proportion de retraités sous le seuil de pauvreté va donc croître fortement Outre-Rhin.

A moins que le SPD, qui a mis ce dossier en avant dans les négociations sur le programme de la future coalition, ne parvienne à faire bouger les choses. Mais ira-t-on au-delà de changements à la marge ?
 
La tribune 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Notre Dame des Landes : des subventions pour la construction de cabanes ?

Emmanuel Macron : cet homme est dangereux

FRANCE : La grande réforme de l'éducation nationale !!!