mardi 22 avril 2014

Bonnets Rouges incarcérés : les avocats veulent un renvoi pour un procès politique

Maître David Rajjou

Maître David Rajjou s’est exprimé sur le procès des 11 Bonnets Rouges prisonniers.


Il déclare « Nous allons demander le renvoi du procès prévu demain. Compte tenu des enjeux pour les personnes mises en cause et de la nature du dossier, il apparaît essentiel que ce dossier puisse être examiné d’une manière plus attentive plutôt que dans ces conditions inacceptables sur le plan procédural en raison du très court délai afin de permettre une défense digne de ce nom. »

« Les mis en cause risquent jusqu’à 10 ans de prison.

On ne décide pas en quelques heures des 10 prochaines années d’une personne. Les interpellations survenues vendredi, un jugement mardi. Comment assurer une défense correcte en si peu de temps ? Je demanderais donc le renvoi du dossier afin d’en connaître tous les tenants » confirme Maître Bruno Labey-Guimard.

« Nous réclamons un procès digne pour ce qui s’apparente à un procès politique »clament les deux conseils. De leurs côtés, les parents des prévenus appuient les demandes des avocats et appellent à un procès équitable avec le temps nécessaire à la préparation d’une défense correcte « Nos enfants doivent être jugés dans des conditions acceptables »
7 Seizh info

Selon Maître Birrien, avocat de deux des prévenus, « nous avons là de jeunes hommes de conviction, qui veulent montrer leur profond attachement à la Bretagne ». Interrogé sur l’appartenance éventuelle des mis en cause à une mouvance extrémiste, « Rien de cela ne ressort dans le dossier, ce sont des jeunes gens tout à fait agréables qui assument tout à fait les faits. Nous n’avons pas là des casseurs mais bien des personnes qui aiment la Bretagne. »
Les mis en cause sont aussi poursuivi pour l‘incendie du portique de Pontorson fin décembre dernier et pour avoir chargé, équipés de boucliers et autres objets, les forces de l’ordre lors des affrontements sous le portique de Brec’h le 15 février dernier. La tentative de destruction de machines sur le site d’enfouissement de Gael ( brocéliande) est un autre des éléments du dossier. La mise à jour d’autres projets du même type et d’une logistique très avancée pour les jours à venir, a donné les éléments au magistrat pour demander la mise en détention des mis en cause.

En l’état du dossier, les faits reprochés sont passibles d’une peine de 10 ans de prison. « L’affaire n’est pas si grave, mais elle est compliquée » explique Maître Birrien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire