Il n’y a rien de plus macho que la jupe !

Vive les mecs en jupe !

Quand des lycéens font front face à ceux qui prétendent leur interdire de porter la jupe, à une époque où quasiment toutes les filles portent des jeans, que font-ils, sinon montrer qu’ils ont des couilles ?

La charge des Gordon Highlanders à la bataille de Dargai, par Stanley Berkeley, 1897

D’accord, ce vendredi, les gamins en jupette du lycée Clemenceau à Nantes étaient plutôt du genre fluet. Mais qu’importe, il faut un début à tout. Ou plutôt un recommencement. Car le port de la jupe par les hommes n’est pas une nouveauté. Il n’y a rien de plus macho que la jupe !

Nous Bretons, bien entendu, nous pensons immédiatement au kilt écossais, vêtement traditionnel des hommes des Highlands depuis au moins le 16ème siècle. Un costume identitaire s’il en est, puisqu’il affiche une appartenance non seulement à un peuple mais à l’un ou l’autre de ses clans. Pas un vêtement de gonzesse en tout cas, avec le sporran poilu qui s’agite fièrement par-devant, le poignard dépassant de la chaussette juste au-dessous, et le mystère de ce qui est porté – ou pas – par-dessous (« What do I wear under my kilt? The future of Scotland! »).

Quand aux Highlands Games les athlètes se défient au Tug of war ou au Caber toss, quand à Murrayfield les costauds tatoués de la Tartan Army entonnent Flower of Scotland, quand au Royal Edinburgh Military Tattoo le pas lourd des Pipes & Drums balance en rythme les tartans, eh ! bien, je vous le dis tout net, ce n’est pas la théorie du genre qui me vient à l’esprit.


Les Écossais ne sont pas seuls. Les 400 plis de la fustanelle blanche portée par les evzones grecs symbolisent quatre siècles de lutte contre l’occupation turque. Deux millénaires plus tôt, les hoplites de Léonidas, lourdement cuirassés au-dessus de la ceinture, ne portaient au-dessous qu’une légère exomide. Les légions romaines, conquérantes d’un vaste empire, étaient vêtues d’une courte tunique de laine. Les Templiers, corps d’élite des croisades et de la Reconquista, arboraient une robe blanche.

Ces héros d’autrefois ne doutaient assurément pas de leur identité sexuelle. Et quand des lycéens font front face à ceux qui prétendent leur interdire de porter la jupe, à une époque où quasiment toutes les filles portent des jeans, que font-ils, sinon montrer qu’ils ont des couilles ?

Erwan Floc’h

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Notre Dame des Landes : des subventions pour la construction de cabanes ?

Emmanuel Macron : cet homme est dangereux

FRANCE : La grande réforme de l'éducation nationale !!!