vendredi 25 juillet 2014

Le partage du gâteau ukrainien


Première étape: les oligarques reprennent en main la révolte du maïdan avec le soutien des USA, en s’appuyant sur des néo-nazis

1) Le maïdan trahi:

Alors que le maïdan avait eu pourprincipale revendication de chasser les oligarques, ceux-ci sont revenus en force grâce au coup d’état impulsé par les Etats-Unis et l’UE. Ce soup d’Etat a été précédé par une infiltration de nazis qui ont organisé des provocations, tirant sur les policiers comme sur la foule et jetant des coktails molotov sur lees jeunes policiers désarmés. ce qui était une révolte contre les oligarques est devenu dans les médias occidentaux une révolte enfaveur de l’Europe contre la Russie alors même qu’étaient infiltrés des néonazis se revendiquant de Bander et désignant l’ennemi russe, les communistes et tous ceux qui se reconnaissaient dans la victoire contre le nazisme. Ils ont alors été désignés comme séparatistes, la langue russe que parlent quasiment tous les ukrainiens a été interdite et à la demande d’un état fédéral il a été répondu par le massacre des populations civiles.

Un des buts de l’intervention des USA et de l’Europe n’était pas l’intégration à l’Union européenne mais d’installer les forces de l’OTAN au plus près de la frontière russe. Les Etats-Unis prétendaient aussi couper l’union européenne d’une alliance eurasiatique et d’en finir avec la "dépendance" européenne au gaz russe. Après la manière dont chinois et russes avaient contré leurs intentions bellicistes en Syrie, il s’agissait de s’emparer de la Crimée et de la base de Sébastopol. La Crimée était une république autonome avec son propre parlement qui a organisé un référendum de rattachement à la Russie. A partir de là, l’occident qui avait déjà avant ces événements monté l’image d’un Poutine, nouvel Hitler ont prétendu le transformer en agresseur voulant mettre la main sur l’Ukraine, alors même que les états-Unis s’y installaient et dirigeaient le pays.



Si les communistes sont devenus le principal ennemi de ce pouvoir issu d’un putsch avec des membres du gouvernement avec 7 personnes à des postes clés se reconnaissant dans l’idéologie nazie et nommés par acclamation d’une foule largement dominée par des bandes fascistes, et totalement manipulé par les Etats-UNis et l’UE, ce ‘est pas parce que leur force est un péril, mais parce que leur combat porte sur trois points essentiels : la lutte contre le pillage par les oligarques, le refus de la perte de souveraineté de l’Ukraine et enfin les conséquences pour la population des diktats européens et du FMI.

2) ce pouvoir crée les conditions d’un affrontement avec la Russie en attaquant la population de l’est

L’est et le sud est du pays a refusé de reconnaitre ce coup d’Etat fasciste et a organisé un réferendum pour réclamer un système fédéral , la réponse a été l’envoi de l’armée et d’une garde nationale de mercenaires et de nazis. La population civile a été la principale victime forçant les gens du Donbass a s’armer pour résister.

C’est dans de telles conditions qu’a eu lieu la mascarade de l’élection présidentielle à laquelle les populations du sud est, en particulier le Donbass n’a jamais participé.

3) qui sont ces oligarques

Ils sont nés de la période de troubles à la suite de la fin de l’URSS. Ils se sont emparés des propriété, immeubles, entreprises y compris à la tête de bandes qui faisaient régner la terreur. Mais c’est essentellement en s’emparant de postes d’Etat qu’ils ont organisé le pillage.

Porochenko a été élu en promettant la négociation et la paix. Ses succès dans l’industrie du chocolat lui vaudront le surnom de « Roi du chocolat ». Il est la marionnette des américains et ne peut de se fait entreprendre la négociation promise. Porochenko s’est diversifié dans d’autres secteurs d’activité, puisqu’il détient notamment plusieurs sites de production d’automobiles et d’autobus, le chantier naval Leninska Kuznya, la chaîne de télévision 5 Kanal et le magazine Korrespondent .Selon le magazine Forbes, sa fortune serait estimée à 1,6 milliard de dollars.

Malgré le soutien des Etats-Unis qui est sa seule carte dans un pays en faillite et dans lequel un gouvernement qui organse privatisation, hausse des tarifs, mobilisation des réservistes pour aller massacrer son propre peuple, il est menacé par d’autres oligarques, se joue en effet la concurrence dans le pillage.

Porochenko est pour le moment allié avec Kolomoïsky qui finance la garde nationale néo-nazie, mais se rembourse avec les subsides pétrolières pour alimenter l’armée ukrainienne autant que les subsides pour sa banque. Pour s’emparer des raffineries d’Odessa il est l’auteur du massacre de la maison des syndicats à Odessa. Ceci pour éliminer Timochenko, la "princesse du gaz" en plaçant son homme lige comme gouverneur de cette ville. Il tient la privatbank et les transports aériens ce qui le place au premier rang des suspects pour le missile surtout que les ordres de navigation émanent de la ville dont il a été nommé gouverneur par les putschistes.

Parmi les oligarques, M. Kolomoïsky prend le 2e ou le 3e rang en Ukraine, après Rinat Akhmetov et/ou Viktor Pintchouk, depuis 2006, et la 613e position dans le classement mondial selon le magazine Forbes. Selon le Forbes, son patrimoine s’élève à 2,4 milliards de dollars, alors que le Korrespondent (en) l’évalue à 6,2 M $4. Les décisions de fermer les mines du Donbass et donc de priver Rinat Akhmetov des subsides de l’Etat ukrainien et en revanche d’exploiter avec la shell et le fils du vice président des Etats-UNis le gaz de shiste de cette zone ont créé le conflit avec Rinat Akhmatov qui avait financé certains groupes du Donbass mais Akhmatov s’est rangé autour de Kiev quand les insurgés ont nationalisé et chassé les oligarques.

4) l’exclusion des communistes et la fin de la coalition

L’Ukraine en faillite, dans laquelle pensions et salaires ne sont plus payées dans le sud est et risquent de ne plus l’être dans le reste du pays est de surcroit la proie de la concurrence violente entre oligarques et le but de la manoeuvre de Kolomoïsky sera vraisemblablement de chasser Porochenko du pouvoir.

Après avoir voté l’exclusion des communistes du parlement, leur interdiction et l’ouverture de leur procès pénal, donc s’être débarrassé ou croire s’être débarrassé de ceux qui dans toute l’Ukraine dénonçaient les oligarques, la main mise étrangère, aussitôt a commencé la lutte entre les diverses factions et la fin de la coalition née du maïdan.

Deuxième étape: la bataille pour le pouvoir est lancée


Les rats se battent entre eux

Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk après avoir chassé les communistes et ouvert leur procès, après avoir voté un train de mesure particulièrement impopulaire, a annoncé jeudi sa démission.

Pour cause de la désintégration de la coalition parlementaire.« Je démissionne suite à la dislocation de la coalition et au blocage des initiatives gouvernementales », a-t-il déclaré cet après-midi pendant une réunion du parlement ukrainien.

Le président de la Rada Alexandre Tourtchinov a demandé aux partis UDAR et Svoboda de présenter une candidature de premier ministre technique. Il semble qu’à l’automne soit prévues des élections mais en fait en sous main nous assistons à une bataille entre oligarques qui risque d’être sanglante sur un fond terrible de mécontentement populaire.

La dissolution de la coalition « aura des conséquences dramatiques pour le pays », a mis en garde Arseni Iatseniouk, dans un discours devant les députés.« Notre gouvernement n’a pas de réponse aux questions “avec quoi payer demain les salaires ? comment faire le plein de blindés et financer l’armée ?” (…) Qui votera des lois impopulaires ayant en tête les élections ? », s’est-il interrogé.

Les derniers événements montrent que l’Ukraine n’est pas une partie mais une chasse gardée pour les nouvelles anciennes élites nationales. (Par La Voix de la Russie | )

Les oligarques s’y livrent une véritable guerre. On conclut des transactions ouvertement antinationales comme celles liées à la production de gaz de schiste. Le gouvernement ne jure que par les aumônes occidentales. Que réserve l’avenir pour l’Ukraine gouvernée par les élites de cette qualité ? La réponse n’a apparemment rien de réjouissant.

L’Ukraine avait déjà sans doute oublié les slogans d’Euromaïdan qui exigeaient entre autres d’en finir avec le régime oligarchique. Or c’est justement le contraire qui s’est produit. « Le roi du chocolat » Porochenko est devenu président, d’autres oligarques ont été nommés gouverneurs et d’autres encore, non contents de posséder leurs actifs louchent encore sur ceux des autres.

Sergei Panteleev, directeur de l’Institut des Russes de l’étranger, estime que l’Ukraine d’aujourd’hui est accablée d’une tare originelle parce qu’elle est le résultat de la lutte que se livraient les clans oligarchiques :

« C’étaient des guerres caractérisées entre les oligarques qui amassaient leur capital en se partageant la galette soviétique au niveau des clans régionaux. Celui de Dniepropetrovsk était le plus puissant et déterminait au temps du président Ianoukovitch toute la politique nationale. L’effondrement de ce système par la faute des oligarques eux-mêmes, a donné lieu à un banal repartage de propriété. »

Selon Sergei Panteleev, le patron du groupe « Privat » Kolomoïski a fait un coup de génie en transposant en politique le système des prises de contrôle illégales. C’est pour cette raison que dans le contexte actuel, lorsque les élites considèrent le territoire national comme leur chasse gardée, l’avenir ne présage rien de bon. Pire encore, la signature de l’accord d’association avec l’UE ne fera que verser de l’huile sur le feu. Les liens serrés avec la Russie se relâcheront brutalement et les oligarques n’auront d’autre solution que faire leurs choux gras sur le dos du peuple. Le politologue ukrainien Iouri Gorodnenko estime que l’Ukraine n’a aucun avenir dans le contexte de repartage de propriété :

« Les guerres des clans se déchaînent en Ukraine avec des fortunes diverses depuis 20 ans. Elles sont au foyer d’attention aujourd’hui, sur fond de guerre et de bouleversements politiques, mais n’en avaient pas moins existé pendant toute la période postsoviétique. »
C’est précisément aujourd’hui, lorsque le sang coule et le jeune État ukrainien tel qu’il avait existé avant s’est pratiquement désintégré, ce repartage de propriété paraît être d’un cynisme scandaleux. Mais, ce qui est encore pire, c’est le fait que les politiques n’ont rien à envier aux oligarques. Il avait déjà largement eu le temps de prouver leur inconsistance. C’est le cas du président du parlement Alexandre Tourtchinov et du premier ministre Arseni Iatseniouk qui avaient plus d’une fois occupé des postes dirigeants. C’est sous leur direction et à la suite de la prétendue révolution que le pays a été précipité dans la plus tragique des crises de sa courte histoire postsoviétique. Et puisqu’ils sont à nouveau aux commandes, aucun changement positif n’est à prévoir. (La Voix de la Russie)

Histoire et Socièté

2 commentaires:

  1. Bonjour Maryvonne, je découvre ton blog très enrichissant avec plaisir.
    Tu es passée récemment sur ma page, je voulais venir te saluer mais il y a tant de visiteurs que je t'ai loupée.
    Je vais publier cet excellent article sur mon blog et sur ma page fb.
    Bonne journée Maryvonne.

    RépondreSupprimer