Première Interview de Igor Strelkov, après le retrait des forces d’autodéfenses de Slavyansk .

Tout d’abord, je voudrais leur [aux habitants de Slavyansk] demander pardon pour n’ avoir pas pu conserver la ville. Notre décision de sortir de la ville, et de ne pas y mourir, a été motivé non seulement par le désir de sauver la garnison elle-même, ce qui est naturel pour un commandant, mais aussi par le fait que nous avons réalisé que nous ne pouvions pas tenir, et que, pendant ce temps la ville serait soumise à de plus en plus de destructions et que les victimes souffriraient encore plus.
.../...
En ce moment je reçois des informations, comme prévu, malheureusement, malgré le fait que nous avons évacué ceux qui ont aidé et des volontaires partis avec nous, l’ennemi s’est engagé dans un massacre là-bas. A Slavyansk, Kramatorsk et Nikolayevka.



Traduit du russe par Gleb Bazov, revu par danielle Bleitrach

Q : Qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui? Telle est la question clé que nous nous posons tous, sans exagération, nous voulons des réponses.

Igor Strelkov : La nuit dernière, nous avons opéré une percée sur un encerclement de l’ennemi, une clôture qui était, en fait, déjà fermée. Nous avons réalisé une diversion contre les positions de l’ennemi à "Slavyansk" stella [ Remarque : le signe Slavyansk de la ville]. Notre groupe armé a mené l’assaut.

Malheureusement, et je ne vais pas le cacher, la plus grande partie d’un groupe armé a été éliminée au cours de l’attaque. Eh bien, malheureusement, une erreur de la part du commandant du groupe armé a conduit à cela. Il a été fait un mauvais choix dans l’accomplissement de sa tâche assignée.

Néanmoins, entre 80% et 90% du personnel et 90% des armements ont été transférés hors de la ville. Le nombre de morts et de blessés n’est pas terrible, nous le confirmons. En outre, nous avons été en mesure d’évacuer un grand nombre de familles de nos militaires et les autres personnes qui nous ont aidés, pour qui rester dans la ville était un danger pour leur vie.

La percée a pris l’ennemi par surprise. Nous avons adopté des mesures de camouflage indispensables. À cet égard, nous attendons encore ces héros qui nous ont apporté la couverture de feu comme diversion et laissé croire à notre présence sur les positions de défense.


Q : Igor Ivanovich, ceci décrit ce qui s’est passé, mais nous sommes également très préoccupés par le plan pour l’avenir.

Igor Strelkov : Nous allons continuer nos activités militaires. Nous allons essayer de ne pas faire les erreurs que nous avons faites dans le passé. Ces erreurs, en réalité, étaient simplement la conséquence d’un manque flagrant d’armes et de munitions.

Nous espérons que nous serons en mesure de préparer la prochaine offensive pour affronter l’ennemi d’une manière plus rapide et sans donner à l’ennemi la possibilité de capturer les bastions clés qu’ils étaient en mesure de prendre lorsque nous avions seulement quelques fusils automatiques à disposition.


Q : Certains ont prétendu que vous avez abandonné vos responsabilités et vous vous êtes retiré de votre commandement, que vous avez encore fui vers la Crimée, à Krasniy Perekopsk. Vous êtes résigné ou pas ?

Igor Strelkov : (sourire) Eh bien, si ce qui se trouve là [autour de nous] étaient la Crimée ou Krasniy Perekopsk, alors, eh bien … je ne sais pas … Je pense que oui … Mais je suis actuellement à Donetsk.

En plus de mes fonctions directes J’ai l’intention de créer, demain, en tant que ministre de la Défense, un Conseil militaire central, qui comprendra tous les commandants sur le terrain clés, et où nous allons coordonner toutes les questions liées à la défense de la République populaire de Donetsk et, peut-être, en partie, ceux qui s’occupent de la République populaire de Lugansk, à condition que cela soit de notre compétence dans le théâtre militaire. Et, d’ailleurs, jusqu’à ce qu’un autre soit nommé, j’assumerai les fonctions du commandant militaire de la ville, ainsi que ceux du commandant de la garnison de la ville.

En d’autres termes, nous allons préparer Donetsk pour la défense active, afin de s’assurer que la ville ne sera pas prise par l’ennemi. Eh bien, à tout le moins, autant que nous avons fait à Slavyansk, et certainement beaucoup plus. En réalité, avec des troupes suffisantes, Donetsk est beaucoup plus facile et plus commode à défendre que la petite ville de Slavyansk.


Q :Enfin peu importe la manière dont je peux sympathiser avec votre situation, en tant que journaliste, je me dois de poser cette question: à l’égard de ceux qui sont restés à Slavyansk, que pouvez-vous dire à ces gens qui sont restés?

Igor Strelkov : (soupirant) Tout d’abord, je voudrais leur demander pardon pour n’ avoir pas pu conserver la ville. Notre décision de sortir de la ville, et de ne pas y mourir, a été motivé non seulement par le désir de sauver la garnison elle-même, ce qui est naturel pour un commandant, mais aussi par le fait que nous avons réalisé que nous ne pouvions pas tenir, et que, pendant ce temps la ville serait soumise à de plus en plus de destructions et que les victimes souffriraient encore plus.

En ce moment je reçois des informations, comme prévu, malheureusement, malgré le fait que nous avons évacué ceux qui ont aidé et des volontaires partis avec nous, l’ennemi s’est engagé dans un massacre là-bas. A Slavyansk, Kramatorsk et Nikolayevka.

Aujourd’hui, conformément à mon ordre, nous avons également retiré notre garnison de Kramatorsk. Le bataillon qui le défendait a été transféré ici, à Donetsk, en vue de renforcer nos positions. La défendre était devenu inutile après que l’ennemi ait pris Artiomovska. Cela aurait tout simplement conduit à une autre ville encerclée.

En tout état de cause, bien sûr, il y a des informations sur le massacre commis là-bas, d’abord dans le quartier Artyom, je suis en attente de confirmation de celui-ci, mais j’ai déjà par plusieurs sources de rapports les mêmes informations que le NazGuard [ Remarque : national ukrainien Garde] a exercé sa vengeance pour leurs nombreuses pertes sur les gens [de Slavyansk]. On voit que notre effort pour éviter des victimes parmi la population civile n’a pas réussi à épargner la population.


Ce qui confirme en outre, que ceux qui croyaient que la milice ne les combattrait pas, qu’ils seraient sauvés de la répression se faisaient des illusions. Nous avons à faire à de véritables fascistes, identiques à ceux décrits dans nos manuels d’histoire. Des monstres, des bandits, des assassins, et des maraudeurs. Pur Polizei, Banderovtsy, tout comme ils l’étaient autrefois. Malgré le fait que 80 années se sont écoulées. Pas quatre-vingt, soixante-dix.

Ce sont de véritables nazis qui se cachent derrière les idées de "l’Ukraine unie" pour perpétrer un nettoyage ethnique. Et ils agissent, eux. Et c’est pourquoi nous allons résister à Donetsk, tout comme nous avons résisté à Slavyansk, avec beaucoup plus de succès.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Notre Dame des Landes : des subventions pour la construction de cabanes ?

Emmanuel Macron : cet homme est dangereux

FRANCE : La grande réforme de l'éducation nationale !!!