lundi 11 août 2014

Catastrophe humanitaire en Ukraine : tout retard est lourd de dangers

Les habitants de Lougansk et de Donetsk sont littéralement placés en état de survie.



La Russie exhorte la communauté mondiale à focaliser son attention sur la crise humanitaire qui ne cesse pas de s'aggraver dans le sud-est de l'Ukraine. Les tentatives pour s'entendre avec les autorités ukrainiennes, la Croix-Rouge et l'ONU sur les livraisons urgentes d'aide humanitaire dans les régions sinistrées n'ont pas été couronnées de succès. Kiev et la communauté internationale ferment les yeux sur la catastrophe humanitaire.

Les habitants de Lougansk et de Donetsk sont littéralement placés en état de survie. De nombreux immeubles résidentiels et hôpitaux y ont été détruits, il y a des milliers de réfugiés, des dizaines de tués et des centaines de blessés. Il y a pénurie de médicaments, les magasins sont pratiquement vides. Les gens vivent sans gaz, électricité et eau. La situation dans le sud-est en proie à l'opération punitive depuis avril ne fait que s'aggraver.



Le ministre des Affaires étrangères de Russie Sergueï Lavrov a évoqué cette situation humanitaire désastreuse avec ses homologues d'Ukraine, des Etats-Unis et de Grande-Bretagne ainsi qu'avec le président du Comité international de la Croix- Rouge (CICR). Ces entretiens n'ont été suivis d'aucune action. Plus encore, les autorités ukrainiennes accusent la Russie de vouloir accorder une assistance militaire aux miliciens sous le couvert d'une mission humanitaire. Selon le directeur exécutif du centre Otkrytaïa ekonomika (Economie ouverte) Konstantin Kisselev, Kiev n'est pas intéressé à reconnaître la catastrophe humanitaire :
« Dès que l'Ukraine reconnaîtra qu'une guerre est menée sur son territoire elle ne recevra automatiquement pas un sou de la part du Fonds monétaire international et d'autres organisations de coopération internationales et elle ne pourra parler d'aucune association avec l'UE. »

Entre-temps le président ukrainien Piotr Porochenko a formulé les conditions de réalisation d'une mission humanitaire dans les régions de Lougansk et de Donetsk. Il a déclaré que les autorités ukrainienne étaient prêtes à accepter l'aide humanitaire à la seule condition que cette mission soit internationale et que l'aide parvienne par les postes de passage contrôlés par les gardes-frontière ukrainiens. Plus tard, dans une conversation téléphonique avec le vice-président américain Joe Biden, M.Porochenko a proposé aux Etats-Unis d'accorder une aide humanitaire sous l'égide du CICR. La réaction des partenaires occidentaux de l'Ukraine est timide. Ils ne sont guère intéressés à accorder une aide, note le politologue de Donetsk Vladimir Kornilov :

« La réaction des pays occidentaux laisse entendre que l'Occident est tout à fait satisfait par la situation actuelle dans le sud-est de l'Ukraine où des villes dont la population est supérieure à un million d'habitants sont en état de blocus. L'Occident veut jouer du côté des autorités de Kiev et leur assurer la victoire à tout prix ».

Les autorités ukrainiennes espèrent mettre à profit la crise humanitaire pour soumettre Donetsk et Lougansk. Cependant la catastrophe humanitaire ne menace pas seulement le Donbass et la région de Lougansk, elle menace aussi Kiev. L'hiver prochain ses habitants risquent de rester non seulement sans chauffage et sans eau chaude, mais aussi sans électricité et sans gaz. Les services communaux ukrainiens ont déjà instauré un régime drastique d'économie du gaz naturel. Ce qui promet des mois difficiles aux Ukrainiens. T

La voix de la Russie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire