mardi 12 août 2014

Les camions KAMAZ de l’aide humanitaire ont quitté Moscou vers le Donbass

Alors que le convoi humanitaire des camions n’avait pas encore réussi à s’ébranler, l’Ouest était déjà en pleine hystérie, leurs analystes et les journalistes. Le principal journal militant des États-Unis le Washington Post a même consacré un éditorial à l’ « intervention humanitaire » de la Russie pour affirmer qu’il s’agissait de la poursuite de l’action militaire et que cela nécessitait l’adoption de nouvelles sanctions contre Moscou



Le Convoi d’aide humanitaire est parti de NARO-fominsk mardi tôt le matin. Il faisait encore nuit quand sur les routes des colonnes absolument blanches avec une odeur de peinture sur les camions KAMAZ. Le Blanc est la couleur internationalement acceptée dans les missions de maintien de la paix.

Le Convoi s’est ébranlé en 6 colonnes séparées de 33 camions. Pour éviter un effondrement de la route de Moscou, après chaque colonne on devait attendre environ 30 minutes. En conséquence, le convoi entier s’étire sur 160 kilomètres.

-Pour rattraper la machine de tête, il faut arpenter la route environ trois heures,-dit le chauffeur du KAMAZ Pavel Korchagin à Komsomolskaïa Pravda .

Pour éviter un effondrement de la route de Moscou, après que chaque colonne on devait attendre environ 30 minutes.


Le camion de tête ralentit à la montée .

Korchagin adopte une vitesse de course. Notre camion glisse sous un soleil de plomb sur le ruban de l’asphalte.

-Tu es d’où ?

- je suis originaire de la région de Koursk et je travaille avec l’avtokombinat de Moscou, dit Paul.

les blancs camions KAMAZ emportent un total de 2000 de 280 000 tonnes de fret.

-Les chargements ont été collectés par les Moscovites et ils ont été recueuillis auprès des habitants de la région de Moscou, ont déclaré à « Komsomolskaya Pravda » les représentants de l’administration de la région de Moscou. – le chargement comprend 400 tonnes de céréales, 100 tonnes de sucre, 62 tonnes d’aliments pour bébés, 54 tonnes de médecine, 12 mille sacs de couchage, 69 stations.

Les autorités ont déclaré que l’aide humanitaire a été recueillie par les Moscovites et les habitants de la région de Moscou.
Photo : Alexander Boyko

Tous les camions sont scellés. Il sera impossible de prendre quelque chose ou de placer quoi que ce soit à l’intérieur. Les camions sont pris en charge par des chauffeurs et des officiers de POLICE de la circulation. Par ailleurs, grâce aux journalistes les colonnes blanches sur la route sont reconnues par les chauffeurs dans leurs voitures avec leurs familles. Ils agitent les mains, souriant.

-Nous passerons la nuit à Voronej, sourit en réponse Paul. -à la nuit nous serons, eh bien, à mi-chemin, vous savez.

Aleksandr GRISHIN

Alors que le convoi humanitaire des camions n’avait pas encore réussi à s’ébranler, l’Ouest était déjà en pleine hystérie, leurs analystes et les journalistes. Le principal journal militant des États-Unis le Washington Post a même consacré un éditorial à l’ « intervention humanitaire » de la Russie pour affirmer qu’il s’agissait de la poursuite de l’action militaire et que cela nécessitait l’adoption de nouvelles sanctions contre Moscou. Dans ce contexte, les propos du ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov sont absolument justes quand il a qualifié la déclaration de l’Occident affirmant qu’ une aide humanitaire en Ukraine ne serait pas nécessaire la plus haute expression de cynisme.

Ce qui est le fait marquant c’est l’envoi des convois de l’aide humanitaire presque immédiatement après qu’à l’ONU Washington ait lancé à la Russie un violent AVERTISSEMENT contre l’aide apportée à Lougansk et Donbass, ce qui a montré que la Russie a l’intention de poursuivre sa politique et n’aura pas à sacrifier ses ambitions outre-mer à ses propres intérêts. La mise en œuvre du soutien humanitaire face à des personnes sans abri et dépourvues de nourriture, témoigne que se sont vraiment des critères de bonté et de morale qui la guident et non ses propres intérêts politiques.
Histoire et socièté

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire