dimanche 14 septembre 2014

Est ce la fin de l'autoroute de la mer ?



L’autoroute de la mer Nantes (Bretagne) - Gijon (Principauté autonome des Asturies)opérée par l’armateur français Louis Dreyfus, a été inaugurée en septembre 2010. Elle connait, depuis, une fréquentation supérieure aux attentes ; à tel point qu'une seconde autoroute de la mer au départ de Vigo (Galice) est prévue pour desservir Algesiras, Saint-Nazaire et Le Havre. Cependant la pérénité des  financements de l’État via l' AFITF et l'accès aux fonds européens ne sont pas acquis  pour ce moyen de transports alors que la loi de finances de 2013 affirmait : "La France, zone de transit international de poids lourds, est victime de nuisances et d’effets externes négatifs sur le plan environnemental et économique. Les autoroutes de la mer ont été identifiées, au côté des autoroutes ferroviaires et du transport combiné, comme une alternative pertinente au transport routier de bout en bout sur les axes majeurs de trafic, notamment de transit."



L'UDB relaie le communiqué de l'association Mor Glaz dont elle partage les inquiétudes concernant l'avenir  des autoroutes de la mer. En effet, malgré un vrai succès commercial (20 000 ca­mions, 30 000 voitures, 50 000 passagers, des navires remplis à 72%), malgré les 34 millions d'euros de subventions annuelles depuis 2010 ; la compagnie subit un déficit d'exploitation de 6 millions d'euros dû à la concurrence de la route encore très subventionnée malgré les discours offensifs pour la lutte contre les gaz à effets de serre, la pollution de l'air et autres nuisances. Le dispositif écotaxe réclamé par les territoires de transits et de trafics poids lourds intenses tels que le Pays basque, la Catalogne, l'Alsace doit rapidement être mis en œuvre d'une manière intelligente, donc différenciée (excluant la Bretagne déjà pénalisée par son caractère péninsulaire) afin de permettre le financement des alternatives durables au tout routier.

Pour l'UDB,
la porte-parole Mona BRAS 

COMMUNIQUÉ MOR GLAZ

Landerneau le 22 août 2014

Même si l’objectif de 100.000 camions transportés est atteint pour «sur» l’autoroute de la mer Nantes-Gijón, elle pourrait être supprimée si les subventions n’étaient pas reconduites. Le pays de la subvention à tout va (parfois injustifiée dans certains secteurs)  va-t-il saborder cette autoroute qui permet de transporter en polluant cinq fois moins et en consommant sept fois moins de carburant (par tonne de marchandise transportée) que par la route tout type de marchandise en toute sécurité……


Depuis des années, l’association MOR GLAZ défend toutes les activités maritimes et notamment les autoroutes de la mer. Mettre des camions sur des navires pour éviter de passer  par la route est une belle idée et une évidence, mais les idées sont-elles suffisantes lorsque le transport maritime passe au second plan politique en France et ce malgré toutes les déclarations de bonnes intentions formulées par les uns et les autres.

Les autoroutes de la mer ne deviennent-elles pas qu’un rêve lorsque les gouvernements successifs ne font que communiquer sur les activités maritimes, sans chercher à approfondir les enjeux  humains, environnementaux, économiques et de sécurité.

Les gouvernements successifs semblent donner toujours priorité au transport par la route, et pourtant ce moyen coûte très cher aux collectivités en infrastructures, entretien etc.…..

Continuer d’encourager un transport routier et vouloir le maintenir comme premier moyen de transport alors que celui-ci connaît un dumping social effréné le rendant dangereux est d’une utopie devenue intolérable et inacceptable.

Les gouvernants doivent trouver absolument une alternative au transport routier, l’association MOR GLAZ continue de soutenir le cabotage maritime, ainsi que le développement des ports secondaires.

Selon la fondation Vinci autoroutes : 1 conducteur de poids lourd sur 3 s’estime susceptible d’avoir un accident à cause de la somnolence, 3 sur 4 ont roulé récemment sur les lignes blanches sonores  le long de la bande d’arrêt d’urgence.

D’autres solutions que la route existent, le chemin fer, le fluvial et la mer cette autoroute naturelle qui nécessite aucun entretien, juste un peu de surveillance.

L’association MOR GLAZ constate que le réseau ferré étant tellement pitoyable, que la seule vraie solution existante en complément de la route est la mer…..Le transport de remorques par la mer doit devenir une priorité, il doit attirer  les transporteurs routiers, et devenir la vraie alternative à la route.

Après avoir décerné un Carton Vert le 9 mars 2011 à  Louis DREYFUS ARMATEUR  pour avoir mis en place cette ligne maritime Nantes-Gijón, l’association MOR GLAZ ne souhaiterait pas remettre un Carton Rouge à ceux qui n’encourageraient pas la continuité de cette activité et qui mettraient fin à ce moyen de transport qui est celui du futur…….respectueux de l’environnement.     


Pour l’association MOR GLAZ, 
le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire